Les droits culturels, faire humanité ensemble

[la fabrique francophone] revendique un fort engagement en direction des droits culturels, tels que définis par la Déclaration de Fribourg et inscrits dans les lois NOTRe et LCAP.

Loin du dogme, les droits culturels sont avant tout une boussole, un cheminement, une démarche de progrès, visant à cultiver la capacité de chacun à agir, à favoriser la vie démocratique et la diversité culturelle.

En inscrivant son projet dans une réflexion sur les droits culturels, [la fabrique francophone] défend des pratiques, des modalités et des formes d’interaction qui visent à garantir l’accessibilité et l’inclusion, ainsi qu’à promouvoir la dignité, la diversité, la solidarité et la coopération. Une attention particulière est portée à la ré-interrogation des pratiques afin de s’assurer la plus grande ouverture possible et la définition la plus large des identités de chacun pour que toutes les personnes puissent revendiquer leurs singularités, comme leurs points communs.

« Dans notre monde contemporain, le principal espoir d’harmonie pourrait bien se trouver dans la reconnaissance de la pluralité de notre identité et dans l’usage que nous faisons de notre raison et de notre faculté de choix ».

Amartya Sen, L’idée de justice, Éditions Flammarion, 2009.

Droits culturels et projet culturel de territoire – Une dynamique collective départementale


À la suite d’un appel à manifestation d’intérêt de l’Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles* (UFISC) auquel [la fabrique francophone], le PETR du Grand Quercy et l’association Babel Gum ont répondu, le territoire du Lot a été retenu pour bénéficier d’un accompagnement autour des projets culturels de territoire ruraux.

Une dynamique collective territoriale a alors été lancée au printemps 2022 – réunissant une quarantaine d’acteurs et de structures volontaires, relevant des champs de la culture, de l’enseignement, du social et de l’ESS – dans le but d’impulser un travail de co-réflexion sur la question des droits culturels et de leurs enjeux, qui s’est nourri de l’expérience de terrain, en prise avec les réalités quotidiennes éprouvées sur notre territoire.

Au fil de quatre rendez-vous d’échanges et de travail, plusieurs problématiques et thématiques communes ont été mises en évidence afin de tracer les axes d’une démarche qui se construira dans la durée.

Axe « droits culturels »

  • Sensibilisation des élu·e·s et formation des élu·e·s et des technicien·ne·s culture.
  • Formation des acteurs culturels et des autres secteurs.
  • Expérimentations à partir de projets communs.

Axe « projet culturel de territoire »

  • Transversalité : implication des acteurs, technicien·ne·s et élu·e·s des champs du social, de la santé, de l’environnement, de l’aménagement du territoire, de l’éducation.
  • Coopération : développement d’outils partagés.
  • Interconnaissance : organisation de rencontres territoriales.
  • Gouvernance partagée : expérimentation autour d’un budget participatif.

* AMI « Appui au développement des projets culturels de territoire ruraux », par l’Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles. L’UFISC représente plus de 2000 structures développant des projets artistiques et culturels qui conjuguent une pluralité d’activités : création et diffusion de spectacles ou d’évènements, action culturelle sur un territoire en relation directe avec les populations, création par l’artistique d’un espace public et citoyen, transmission d’un savoir-faire et soutien au développement de la pratique amateur.

Mieux comprendre les droits culturels